À REGARDER | LES CONSÉQUENCES DE L’ALCOOLISME SUR LES ENFANTS, SUR ARTE

Suivez tout au long de ce reportage le quotidien de 2 familles irlandaises dont les membres/ enfants sont atteints du Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF). À leur façon, elles tentent de sensibiliser le grand public sur les risques et les conséquences de la prise d’alcool pendant la grossesse sur les jeunes enfants. Dans un pays où la proportion de femmes enceintes consommant de l’alcool est la plus élevée, il peut s’avérer parfois compliqué pour ces deux familles de trouver les mots justes pour aborder le sujet sans jugement.


TSAF, qu'est-ce que c'est ?

Le terme « Troubles du Spectre de l’Alcoolisation Fœtale » (TSAF) désigne un continuum d’effets résultant de l’exposition prénatale à l’alcool. Il recouvre l’ensemble des Troubles du NeuroDéveloppement (cognitifs et comportementaux) pouvant survenir dès la naissance.


01 | Avec malformations = le SAF (Syndrome d’Alcoolisation Fœtale) avec TRAITS FACIAUX CARACTÉRISTIQUES

C’est la forme la plus complète mais LA MOINS COURANTE, visible dès la naissance : les nouveau-nés présentent un retard staturo-pondéral avec microcéphalie caractéristique. Il associe des anomalies physiques (dysmorphie faciale caractéristique et possibles malformations d’organes) et d’importants troubles cognitifs et comportementaux.

02 | Sans malformations visibles : les TSAF-NS (Troubles du Spectre de l’Alcoolisation Fœtale Non Syndromiques) ou TSAF SANS TRAITS FACIAUX CARACTÉRISTIQUES

Ils se définissent par une grande variété de troubles cognitifs et comportementaux (ex : troubles de l’attention, difficultés d’apprentissage, difficulté de gestion des émotions et du stress, …), mais sans anomalies physiques visibles, d’où la difficulté de repérage.


Les personnes atteintes de TSAF présentent donc un HANDICAP INVISIBLE, elles sont très peu repérées et sous diagnostiquées.


Aujourd’hui, la consommation d’alcool par une femme enceinte reste un sujet encore très tabou. En France on estime à environ 1 naissance sur 1000 concerneraient des SAF et environ 1 naissance sur 100 concerneraient des TSAF non syndromiques. Cette estimation est largement en dessous de la réalité car elle ne tient pas compte des diagnostics posés ultérieurement.


Pourquoi regarder ?

Cette série met en lumière et permet de mieux comprendre le phénomène de syndrome d’alcoolisation fœtale.



Vidéo :

Source : Santé publique France , CHU de Lyon

Où ? sur arte.fr