MÉSUSAGE DE PREGABALINE : MODIFICATION DES CONDITIONS DE PRESCRIPTION



À partir du 24 mai 2021, les médicaments à base de prégabaline (LYRICA et génériques) seront soumis à des conditions particulières de prescription et de délivrance, en raison d'un risque de pharmacodépendance, d'abus et d'usage détourné. Ces médicaments seront soumis aux dispositions suivantes :

  • prescription sur une ordonnance sécurisée ;

  • durée de prescription limitée à 6 mois ;

  • la poursuite du traitement nécessitera une nouvelle prescription.

RAPPELS

La prégabaline est un médicament indiqué dans la prise en charge des douleurs neuropathiques, de certaines formes d’épilepsie et du trouble anxieux généralisé. Les dernières enquêtes du réseau des centres d’addictovigilance montrent une augmentation importante des cas d’addiction et d’abus de la prégabaline ainsi que des risques qui y sont associés : coma, des troubles de la conscience, une désorientation, une confusion, ...


Les cas de déclaration remontées par les CEIP concernent :

  • des personnes qui sont majoritairement des hommes jeunes (27 ans en moyenne) dont des mineurs en situation de précarité, et parfois en détention ou en centres de rétention administrative.

  • un usage détourné est essentiellement à visée de défonce/euphorie dans un contexte de polyconsommation de substances psychoactives, mais aussi à visée anxiolytique, antalgique ou hypnotique. Dans plus de la moitié des cas, elle est ainsi associée à une autre substance, majoritairement une benzodiazépine (65 %), en particulier le clonazépam.

La prégabaline est obtenue illégalement dans près de la moitié des cas (ordonnance falsifiée, nomadisme ou deal/achat de rue). Elle apparait dans des décès liés à l’usage de drogues, toujours en association avec d’autres substances. Elle apparait également impliquée dans des décès liés à l’utilisation d’antalgiques.


Sources :