BSP TABAC NOUVELLE-AQUITAINE



Jeudi 4 février, le Président de la République a lancé une nouvelle stratégie décennale de lutte contre le cancer. Aujourd’hui en France, 3,8 millions de personnes vivent avec un cancer et 382 000 nouveaux cas ont été décelés en 2018. Or, 40 % de ces cancers sont évitables, en agissant notamment sur les deux premiers facteurs de risque : le tabac et l’alcool.


Le Président a rappelé l’objectif à atteindre : une future génération sans tabac !



75 000 PERSONNES TUÉES À CAUSE DU TABAC

Première cause de mortalité évitable

En France, avec 15 millions de fumeurs quotidiens et occasionnels, la prévalence tabagique est très élevée. Première cause de mortalité évitable, le tabac tue 75 000 personnes chaque année. La pandémie actuelle ne doit pas briser la dynamique de baisse historique du tabagisme en France, avec 1,9 millions de fumeurs quotidiens en moins entre 2014 et 2019. Cette crise Covid crée un contexte particulier tant sanitaire que psychologique, social et économique. D'après l'enquête CoviPrev initiée par Santé Publique France pendant le 1er confinement, environ 1/4 des fumeurs déclarait avoir augmenté leur consommation.



LES INDICATEURS DE SUIVI TABAC

Desbulletins de santé publique régionaux (BSP) dédiés au tabac sont publiés sur le site de Santé publique France. Ces BSP régionaux proposent un bilan du #MoisSansTabac 2018 à partir d’indicateurs d’activité chiffrés, de nouveaux indicateurs de consommation à partir du Baromètre de Santé publique France (type de tabac fumé, achats transfrontaliers) ainsi qu’une estimation de la mortalité régionale attribuable au tabagisme. 



LES CHIFFRES EN NOUVELLE-AQUITAINE

En 2017, la région Nouvelle-Aquitaine comptait 1,1 millions de fumeurs quotidiens âgés de 18 à 75 ans avec une prévalence de fumeurs quotidiens de 28,1% (29,9% en 2014). Le baromètre santé de Santé publique France en 2021 devrait nous confirmer cette baisse en région, suivant une évolution nationale favorable.

Cette diminution s’explique par une somme d’actions se renforçant les unes avec les autres et mise en place depuis plusieurs années : hausse continue du prix du tabac, actions d’accompagnement à l’arrêt par l’ensemble des professionnels de santé, et campagnes de prévention et de marketing social, dont l’emblématique « #MoisSansTabac ». L’ampleur et l’efficacité de ce dispositif sont détaillées dans le BSP NA.



LES SPÉCIFICITÉS DE LA NOUVELLE-AQUITAINE

Notre région possède quelques spécificités :

  • des prévalences de tabagisme quotidien à 17 ans et de tabagisme chez les femmes enceintes supérieures à la moyenne nationale ;

  • une incidence et une mortalité dans la moyenne nationale pour les pathologies les plus associées au tabac, avec de fortes disparités entre les départements : la Creuse et les Landes présentant les situations les plus préoccupantes.


DEUX CONSTATS POUR UNE ACTION EFFICACE

  • Premièrement : une action publique de prévention des addictions cohérente dans la durée avec un portage politique fort et constant permet d’atteindre des résultats.

  • Deuxièmement : l’Agence régionale de santé régional, apporte une plus-value à la politique nationale en adaptant les dispositifs aux spécificités régionales.

Par exemple, les crédits du Fonds addiction gérés par l’ARS, 7,5 millions d’euros depuis 2018, permettent un travail de précision sur les enjeux repérés par les acteurs de l’addictologie. Ainsi le CHU de Bordeaux et la COREADD Nouvelle Aquitaine portent le projet « 5A-QUIT-N » qui vise à diminuer drastiquement le nombre de femmes enceintes qui continuent de fumer, grâce à la mobilisation des communautés de professionnels et des environnements favorables à l’arrêt.



EN CONCLUSION

A l’heure d’affronter les conséquences de la crise socio-sanitaire liée à la COVID, l’évolution du tabagisme est malheureusement une parfaite illustration des inégalités structurelles sociales et territoriales de santé. Le gradient social de la consommation de tabac – plus on est pauvre, plus on fume, statistiquement parlant – est un fait qui oblige les acteurs de la prévention à agir.


Si la prévention du tabagisme doit concerner la population dans son ensemble, la plus grande énergie doit viser les personnes vulnérables. Ce sont elles qu’il faut continuer d’accompagner en priorité.


Lire le Bulletin de santé publique de la Nouvelle-Aquitaine