top of page

QU’EST-CE QUE LA 3-MMC ?





Un dérivé du principe actif du Khat

La 3-MMC, ou 3-methylmethcathinone, est une molécule de synthèse apparentée à la cathinone, l’un des principes psychoactifs du Khat, dont le nom provient de l’arbuste Catha edulis, un arbuste florifère au feuillage persistant cultivé en Afrique de l’Est et dans l’Ouest de la Péninsule Arabique. Les feuilles de Khat mâchées libèrent une substance psychoactive : la S cathinone, stimulant du système nerveux central, dont l’action est similaire à celle d’une amphétamine. Les feuilles mâchées sont ainsi utilisées par les populations pour lutter contre la fatigue.


Les Nouveaux Produits de Synthèse (NPS)

Les divers dérivés de synthèse des cathinones sont apparus dans les années 2000, parmi d’autres Research Chemicals (RC), legal highs (euphorisants légaux) ou encore herbal highs (euphorisants végétaux) imitant les effets de substances psychoactives (illicites ou non, telles que la cocaïne, les psychédéliques, le cannabis, les benzodiazépines …) tout en échappant (un temps) aux réglementations. Les dérivées synthétiques des cathinones représentent aujourd’hui l’une des plus grandes familles de RC avec un peu moins de 200 composés.


La 3-MMC

Elle a été officiellement identifiée et classifiée substance psychoactive par l’European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction (EMCDDA) en juin 2012 puis classée substance interdite en France par l’Arrêté du 27 juillet 2012.

Généralement produite dans des laboratoires asiatiques, la 3-MMC s’achète sur internet et se livre à domicile, au prix de 10 à 30 euros le gramme.


Généralement retrouvée sous forme de poudre ou de cristaux, la 3-MMC se consomme principalement par voie sniffée, en parachute ou diluée dans une boisson ; et plus rarement en injection intraveineuse ou en plug anal.


Inhibitrice de la recapture de dopamine, de noradrénaline et de sérotonine, la 3-MMC possède des propriétés stimulantes (tachypsychie, excitation motrice), euphorisantes, empathogènes et entactogènes, pouvant être comparées à celles de la MDMA et des amphétamines. Ses propriétés aphrodisiaques en font également une substance particulièrement utilisée dans le chemsex. Selon les modes de consommation, les effets peuvent durer de 2h à 5h.


La 3-MMC présenterait un potentiel addictif élevé, avec du craving, une tolérance rapide ainsi que des symptômes de sevrage tels qu’une humeur triste, une asthénie, de l’anxiété ou encore des troubles du sommeil. Sa consommation peut également s’accompagner de complications somatiques et notamment neurologiques (céphalées, vertiges), cardiovasculaires (tachycardie, hypertension artérielles, etc), ORL (épistaxis, bruxisme, etc.), génitales (trouble de la libido, anorgasmie), rénales ou infectieuses (VIH, VHC, VHB, IST, abcès aux points d’injection). Des complications psychiatriques sont également reportées : anxiété, attaques de panique, paranoïa, hallucinations, insomnie, idées suicidaires, troubles cognitifs.


Actuellement cathinone la plus consommée en France, la 3-MMC, initialement et principalement consommée dans le contexte de chemsex, s’est progressivement diffusée au milieu festif plus largement (boîtes de nuit, soirées privées, free parties). Si des données de prévalence de consommation ne sont pas disponibles en France, la molécule a été impliquée dans 4 décès en 2019 (2 seule et 2 de façon co-dominante) (DRAMES, 2019).





Références :

댓글


bottom of page